Spiritualité

Mémento dédié à Jacques Fesch édité par le Carmel de San Remo à l'initiative de Sœur Véronique.

Chemin de conversion.  Révélations de Jacques Fesch, lui-même. Cf. Dans 5 heures je verrai Jésus. Son Journal spirituel 

Jacques fait un retour sur lui-même et mène une réflexion intense qui le conduit au choc de sa conversion puis à un grand recueillement et à une quête spirituelle constituée de hauts et de bas qui fortifient sa foi de jour en jour. Il prie plusieurs fois par jour, écrit beaucoup et recueille ses pensées dans son journal. Il traverse plusieurs états, allant de la torpeur à la révolte, de l’abattement à la plus grande vigueur, de la résignation à la détermination, de l’acceptation à l’offrande, jusqu’à atteindre une volonté inflexible appuyée par une hauteur de vue et une perception tout à fait hors du commun.  Quelques citations de Jacques Fesch:

« La grâce m’a visité. Une très grande joie s’est emparée de moi et surtout une grande paix. Tout est devenu clair en quelques instants. C’était une joie sensible très forte.» (Il prend conscience de l’inconsistance de sa vie et du mal qu’il a commis et manifeste la force de sa foi ndlr). 

«J’ai le sentiment de n’avoir jamais été libre de choisir…ou par manque de repères, on en arrive à prendre ses désirs pour des réalités, et à naviguer dans un monde d’incohérence et de déséquilibre, ou rien n’a place.» 

 «Par pure grâce l‘esprit du Seigneur comme un vent violent m’a pris à la gorge.» 

«Tu es appelé(e) à la sainteté, comme moi, comme tous, ne l’oublie pas.» (Cellule 18)

« Il faut se libérer comme un papillon de sa chrysalide. Ça fait toujours mal. »

« Elle germe la semence de l’Évangile lancée aux quatre vents. »

« Chaque journée est tellement riche en Dieu que j’ai l’impression de vivre un an en vingt-quatre heures. »

« La croix que je porte, infamante aux yeux des hommes, est aussi glorieuse que celle du moine ou du missionnaire. »

« Celui qui s’abandonne ainsi à Dieu, ce n’est plus un cœur de chair qu’il a dans la poitrine, mais un globe de feu. »

 « Dieu ne retient pas la faute du pêcheur. Personne n’est jamais perdu, s’il s’ouvre à Sa miséricorde.»

« Tu reçois les grâces de ta mort. »
voix entendue la nuit de sa conversion le 28 février 1955, et réentendue  en 1957 quelques jours avant son  exécution (ndlr).

Quelques traits de la Spiritualité de Jacques Fesch    -

 «…Plus je progresse, plus je m’aperçois de ma misère et du chemin infini qu’il me reste à couvrir. »

«   Malgré toutes mes révoltes, mon peu de zèle, je sais d’une façon absolue que je suis entouré de grâces et d’amour et que le Seigneur veut me sauver presque malgré moi. »

 « Le Seigneur aime choisir ce qui est faible et rejeté, afin de montrer que c’est par sa grâce, agissant dans la faiblesse, que nous sommes sauvés. »

« L’humilité et l’espérance sont deux vertus essentielles pour se sauver. Ce sont aussi les plus dures à acquérir ».

« Je reste émerveillé devant la grandeur de Sa miséricorde et l’infini amour qu’Il a pour nous… Et puis, dans le silence de ma cellule, je regarde la croix et ne suis plus seul.  »

« Ignorer toute cette haine et chercher en soi et autour de soi Celui qui inlassablement attend l’âme meurtrie et désespérée, pour lui donner un trésor qu’il refuse au monde… Offrir sa souffrance, aimer ceux qui vous frappent, et un jour on entendra comme le bon larron crucifié : « En vérité, je te le dis, aujourd’hui-même tu seras avec moi dans le Paradis. » 

 » Si je pouvais faire un souhait, j’aimerais surtout pouvoir apprécier plus complètement, que ce qui se passe n’est que miséricorde et que si je suis rejeté et banni par les hommes, c’est parce que le Seigneur veut me donner le plus grand des trésors: la gloire dans le Christ Ressuscité. »

Jacques prisonnier, mène une vie ascétique et il médite.

Donner sa vie comme les martyrs, les Saints. Renoncer à tout ce qui n’est pas indispensable « Satané tabac je t’aurai ». Retrouver sa liberté dans la prière. Accepter, offrir. Remettre toute justice entre les mains de Dieu. Le rechercher dans tous les instants. S’abandonner à Lui. Transfiguré par la grâce, Jacques peut ainsi dire : « Ma vie, nul de la prend, c’est moi qui la donne. »

L’amour de Dieu et de son prochain est plus fort que la mort et le mal réunis, tout comme Sa miséricorde : il est infini. Il amène à la compréhension de ce qu’est la vie. Le combat de Jacques se résume alors par ces simples mots : rendre amour pour amour.

 ∞

Sainte Thérèse et Jacques Fesch    -

« J’ai reçu aussi aujourd’hui une belle image de la petite Thérèse de l’Enfant Jésus. Qu’elle est jolie ! Tous les soirs, je m’adresse à elle et lui parle comme si c’était une sœur très aimée. Je lui dis ce qu’elle a elle-même dit à ses petits frères enlevés au paradis, à savoir: « Si vous étiez sur terre, vous n’hésiteriez pas à m’aider de tout votre cœur, maintenant que vous êtes au ciel, vous pouvez le faire encore beaucoup plus facilement, alors je compte sur vous. » » Et les petits frères l’ont aidée. Elle ne peut donc refuser d’aider ceux qui font comme elle-même a fait et je suis bien sûr qu’elle me protège. Je ne peux voir son image terrestre sans émotion et me sens tout porté à l’aimer plus spécialement. D’ailleurs durant son vivant, elle a sauvé l’âme d’un condamné à mort par ses prières et en était tout heureuse. Mon cas est trop similaire pour qu’elle ne s’en occupe pas. Moi aussi, « Je suis un tout petit et ai besoin de la pluie de roses qu’elle a promise à ceux qui l’invoqueraient. J’aime sa petite voie, sa confiance, son zèle… (Jacques Fesch, Journal Spirituel)

« Je parle à Sainte Thérèse comme si c’était une sœur [...] J’ai glissé ma main droite dans celle de la Sainte Vierge, et la gauche dans celle de la petite Sainte Thérèse. Avec elles deux (la sainte Vierge et Sainte Thérèse), je ne risque rien, au moindre danger, elles me tireront à elles, comme on fait à un petit enfant qui apprend à marcher. » (Jacques Fesch, Journal Spirituel)

« Quelle jolie petite sainte, comme elle est proche de nous ! Par la petite voie, il faut que j’arrive à m’élever. » (Jacques Fesch, Journal Spirituel)

« Chaque âme possède une mesure qui lui est propre, et beaucoup de gens allèguent cette excuse pour ne pas progresser. Il va de soi, comme le dit si joliment la petite Sainte Thérèse, que s’il existe des lis et des roses dans le jardin du Bon Dieu, on y trouve aussi des petites fleurs plus humbles », [...] « Je pense qu’une fois là-haut, il y aura certainement bon nombre de ces violettes qui s’apercevront qu’elles auraient pu être des lis avec un peu plus de courage. Souvent nous nous arrêtons de progresser parce que nous refusons de tout donner ». (Jacques Fesch, Journal Spirituel)

« Comme il est dur d’aimer ! Je n’ai jamais aussi bien compris qu’en ces jours-ci l’acte de foi que me demande le Seigneur et cette phrase de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus: « C’est la confiance et rien que la confiance qui doit nous conduire à l’Amour. » (Jacques Fesch, Journal Spirituel)

Une confiance établie pour toujours, jusqu’au seuil de sa naissance dans La Vie éternelle. Jacques Fesch en effet, a été exécuté le jour même de la fête de Sainte Thérèse, le premier Octobre. Une manière à elle de l’accompagner en Paradis !  Plus qu’une coïncidence : Thérèse avait offert sa vie pour sauver Pranzini, assassin de deux femmes et d’une petite fille et repenti avant son exécution (ndlr).

Sainte Thérèse de Lisieux ou

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face

(1873-1897)

Docteur de l’Église

Photographie datant de 1894 issue des archives du Carmel de Lisieux.

« Je ne meurs pas, j’entre dans la Vie. »

« Je veux passer mon ciel à faire du bien sur la terre. »

« Aimer c’est tout donner et se donner soi-même. »

« Après ma mort, je ferai tomber une pluie de roses. »

« Je reviendrai sur la terre pour faire aimer l’amour. »

Sainte Thérèse

Mémento « Le bon larron du XXe siècle » dédié à Jacques Fesch édité

par le Carmel de San Remo à l’initiative de Sœur Véronique.

« Je nais pour le Ciel ! »

 » Jésus veut m’emmener avec Lui au paradis. Jésus peut tout en nous… »

« J’ai le cœur qui déborde d’amour… Miséricorde infinie, je suis sauvé presque malgré moi. »

« C’est probablement que le Seigneur m’a choisi comme instrument de miséricorde… »

« Je vais pouvoir aller gambader avec les anges et jouer avec les rayons lumineux de l’amour. »

Jacques Fesch