«

»

juil 07

Anniversaire de Véronique, fille de Jacques Fesch

Sa fille Véronique aurait dû avoir 64 ans aujourd’hui, en cette date du 7 juillet, si des complications de santé ne l’avaient pas emportée au mois de janvier dernier.

Née le 7 juillet 1951 à Kehl en Allemagne, elle naît alors que son père faisait son service militaire à Strasbourg et vivait des jours heureux et insouciants avec sa mère Pierrette. Elle a 3 ans lorsque celui-ci est incarcéré et 6 ans lorsque qu’il est guillotiné le 1er octobre 1957. Marquée à vie par cette histoire, elle fut témoin enfant de la captivité de son père et de la violente animosité qui s’exerça autour d’eux suite au drame du 25 février 1954. Malgré ce douloureux passé, elle chercha avec sa mère dont elle était très proche, à jeter les bases d’un avenir qu’elle souhaitait plus doux. Selon les vœux de son père, elle fut consacrée à la Sainte Vierge le 6 avril 1958 par le Frère Thomas.

Mannequin de mode dès son plus jeune âge jusqu’à son mariage, elle a ensuite travaillé avec son époux, architecte d’intérieur et décorateur, au sein de leur société de vente de matériaux anciens d’architecture et de décoration. Par l’affirmation d’un goût très sûr et d’un sens de l’esthétique certain et assuré, elle déploya avec son mari toute l’étendue de leur sensibilité artistique. Le couple très accueillant qu’elle formait avec son mari Philippe a constamment ouvert leur maison aux autres et hébergé des personnes lorsque celles-ci en avaient besoin. Mère de deux enfants, elle s’est constamment occupée d’eux avec la plus grande tendresse et affection.

Femme d’une grandeur d’âme et d’un admirable courage, elle a toujours affronté avec force et détermination les difficiles épreuves de sa vie. Meurtrie pendant son enfance par l’affaire Fesch et le traumatisme de l’exécution de son père, puis affectée à l’âge adulte par la maladie et par la perte prématurée de son époux, elle a toujours cherché, en dépit de ses blessures personnelles, à se soucier des autres et à accomplir le bien autour d’elle, avec la même bienveillance, générosité et bonté infinies, qui l’ont toujours caractérisées. Sa grande douceur se retrouvait dans l’amour qu’elle portait à la nature, aux animaux et aux enfants.

Par cet état d’esprit qui a animé toute son existence, elle rejoignait ce que son père avait voulu laisser de meilleur en ce bas monde.

En ce jour symbolique, l’association garde une pensée émue pour la fille de Jacques Fesch, « sa chère petite fille chérie », qui demeure désormais à ses côtés.

1 commentaire

  1. don osvaldo bonello

    La prière de Jacques Fesch soit toujours notre force et consolation !!!

    Que Notre Seigneur JÉSUS nous bénisse ! La paix soit avec vous. Osvaldo

    * Aumônier de la prison de Cuneo (Italie)

Répondre à don osvaldo bonello Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>